alonefacebookgeogrouplinkedinphoneinstagramtwitter

Createur de formations
sur-mesure

9 rue des charmilles
35510 Cesson-Sévigné

02 30 21 02 38

Nous contacter
M’inscrire à une formation

Actualités d'Ethos Academy, organisme de formation

Qualité de Vie au Travail


 

Introduction

Nous baignons tous en permanence dans notre environnement au travail, à tel point qu’on ne fait plus forcément attention à ce qui nous entoure. Pourtant, dans cette course au progrès et à l’efficacité, on en oublie un aspect fondamental du management : s’assurer de la Qualité de Vie au Travail, aussi souvent résumé sous le sigle QVT.

 

Dans cet article, nous analyserons l’importance d’avoir cadre de travail sain, comment exercer un métier en condition, et les risques encourus si on ne fait pas attention au bien-être de ses employé.e.s.

Pourquoi chercher une bonne QVT ?

Très souvent, le management est vu comme une activité secondaire dans une entreprise, un simple et léger contrôle pour éviter que les salariés ne soient trop désorganisés. Cela revient néanmoins à ne pas exploiter une ressource précieuse présente dans chacun de ses employés : la motivation.

 

La motivation, c’est la volonté de faire de vos employé.e.s, c’est la force qui les pousse à continuer à travailler, à se dépasser, à être plus créatif. En plus d’œuvrer pour leur bien-être, vous avez tout intérêt en tant que manager.euse à garder le moral de vos "troupes" élevé car elles auront un bien meilleur rendement que si elles se plaignent sur le lieu de travail à longueur de journée.

On voit alors que la recherche de la rentabilité n’est pas du tout en conflit avec la gestion de l’aspect humain : au contraire, les deux se complémentent l’un l’autre. En faisant adhérer vos employé.e.s à la stratégie de l’entreprise, vous leur donnez un intérêt personnel pour se donner à fond, ce qui au final ne fait que booster votre productivité.

Une structure de plus en plus plate

La pyramide de la hiérarchie commence à s’aplatir avec le temps. Particulièrement dans les structures plus modernes, on se rend compte que la chaîne de commande se fait de plus en plus horizontale : les travailleur.euse.s ne sont plus chef.fe.s et subalternes, mais associé.e.s avec un but commun. Cette manière d’aborder la hiérarchie n’est plus basée sur le commandement autoritaire d’un petit groupe de chef.fe.s, mais sur un consensus et une relation basée sur la confiance.

 

Cela revient à mettre aux oubliettes d’anciennes méthodes de management, comme le fait de ne pas restreindre les prises d’initiatives ou se formaliser sur l’autorité et le rang des employé.e.s.

 

Cette évolution ne s’est pas faite au hasard. Il y a en effet beaucoup à gagner d’utiliser une telle structure plutôt qu’un système plus vertical.

Des études ont en effet montré que la plupart des employé.e.s trouvaient qu’établir un dialogue avec leur dirigeant.e était beaucoup plus compliqué qu’avec un.e manager.euse. directement. Plus le nombre après le « N+1 » augmente, plus l’écart se creuse dans la proximité humaine.

En augmentant l’impact que chaque employé.e possède sur l’entreprise, on lui donne naturellement des responsabilités, et un sens du devoir qui le fait se sentir plus impliqué dans son travail.

Plus de flexibilité, plus d'efficacité

L’agilité de l’entreprise y est grandement favorisée également. En mettant plus de personnes au centre des commandes ou capable de prendre des initiatives, on évite de se prendre les pieds dans les nombreux rouages de la hiérarchie. On est plus rapide, plus flexible et au final, plus coordonné.e.

 

Un bon exemple est celui de la société Poult, le deuxième vendeur de biscuits en France. Autrefois bloqué dans un système hiérarchique complexe et infantilisant selon beaucoup. Après s’être concerté au cours d’une journée entière avec ses employé.e.s, l’entreprise a complètement changé de structure : elle a adopté un système « démocratique ». Plusieurs niveaux hiérarchiques ainsi que les comités de direction ont été supprimés. Les employé.e.s sont devenus de vrais acteur.ice.s de leur entreprise : on a encourage la prise d’initiative et ce sont eux qui font leurs propres règles. L’entreprise est devenue beaucoup plus flexible. Elle estime aujourd’hui que les innovations, telles que les biscuits en forme de brique de LEGO pour enfant, représentent 70 % de la croissance du groupe.

« Il faut aujourd’hui remettre en question de nombreuses vaches sacrées du management, par exemple cesser de croire à la pratique de la carotte et du bâton, une option totalement improductive lorsqu’on poursuit des projets un peu intelligents », nous dit Jérôme INTROVIGNE, ancien directeur de l’innovation de l’entreprise.

 

Prévenir les risques psychosociaux

Si le cadre n’est pas favorable à leur épanouissement ou à cause de circonstances internes comme externes, il arrive qu’un ou plusieurs employé.e.s ne se sentent pas bien. Il peut s’agir simple problème des conditions de travail (un manque d’infrastructure, un équipement daté), une question de l’organisation du travail (travail de nuit, semaine surchargée), un conflit avec un collègue, voire dans les cas les plus graves, du harcèlement morale ou psychique.

 

L’humain a tendance à cacher ses faiblesses, et peu d’employé.e.s sont prêt.e.s à spontanément partager ce genre de souffrance. Une série de petits problèmes associés au stress et à un emploi du temps chargé peut faire craquer le plus solide des travailleur.se.s

 

En France, 47 % des actifs occupés déclarent devoir souvent se dépêcher. 31 % d'en eux disent devoir cacher leurs émotions et faire semblant d’être de bonne humeur, et 33 % disent ne pas éprouver la fierté du travail bien fait. Ce sont des chiffres sérieux et alarmant qui indiquent que le bien-être des travailleur.se.s n’est souvent pas bien pris en compte.

 

Les risques psychosociaux peuvent avoir un véritable impact sur une entreprise. En plus de miner progressivement le moral de la ou des personnes affectées, ils peuvent favoriser l’apparition de comportements négatifs: burn-out, mauvaise ambiance, absentéisme, mauvaise productivité, conflit avec les supérieur.se.s, grève, sabotage… En somme, des choses que vous n’aimeriez pas voir apparaître dans votre entreprise.

 

Dans les cas plus graves, ils peuvent avoir des répercussions sur la santé des personnes affectées : chance de maladies cardio-vasculaires, troubles anxio-dépressifs, épuisement professionnel et dans certains cas extrêmes, suicide. Ainsi, la résolution et la prévention des risques psychosociaux sont considérées comme faisant partie des devoirs d’un employeur et peuvent être traités comme un danger par le code du travail, au même titre d’un risque mécanique ou électrique.

C’est le travail d’un.e bon.ne manager.euse ainsi que celui du département des ressources humaines d’inciter les employé.e.s à partager leurs problèmes et à les régler le plus vite possible, avant même que les symptômes ne se déclarent.

 

Un management plus humain

Le management et la gestion des troupes passent essentiellement par le dialogue. Il est extrêmement important de créer un espace de travail où un employé n’a pas peur de s’exprimer librement, que ce soit pour apporter une suggestion, partager une idée à mettre en place ou prévenir d’un danger ou d’une souffrance. Ses collègues comme ses managers doivent être à l’écoute, et prêt à aider l’employé sans le juger.

 

Une initiative simple peut être d’organiser régulièrement une réunion afin de parler de l’état de l’entreprise. Tous les salariés y sont conviés et partagent leur expérience, leur ressenti et comment ils pensent pouvoir améliorer l’entreprise. Cet espace doit être sécurisé : rien de ce qui n’y est dit ne doit permettre de prendre des représailles, au contraire, tout est source d’amélioration.

 

Air France possède une approche intéressante de « non-punition de l’erreur ». En partant du principe que l’erreur est humaine, les employé.e.s sont encouragé.e.s à signaler leurs erreurs ou des dysfonctionnements dans le système sans crainte de représailles. Dans un secteur où la sécurité est aussi importante, ne pas avoir peur de signaler un mauvais travail est essentiel. « Si l’instauration de la non-punition de l’erreur n’avait pas été décrétée, il y aurait à ce jour environ un crash par semaine »nous décrit un responsable du secteur Recherche et Développement de Air France Consulting.

 

Apprenez à devenir un meilleur dirigeant

Les conseils donnés dans cet article vous aideront peut-être à vous améliorer, mais saviez-vous qu’il existait des formations entièrement dédiées au management et à la gestion de votre personnel ? Voici quelques formations qui devraient vous intéresser :

 


Management transversal et communication d’équipe

 

Mise en œuvre des conditions d’un management transversal efficace. Comprenez le fonctionnement de votre structure et de ses acteurs et mobilisez tous vos employés pour la mission transversale. Vous apprendrez à augmenter votre pouvoir de persuasion pour manager, motiver et impliquer sans faire appel à votre autorité hiérarchique. Le but est de développer une coopération durable en situation de management fonctionnel et comprendre l’intérêt des relations « gagnant-gagnant ».

 

Consultez le programme sur notre site

 


 

Développer son savoir être, savoir faire, savoir écouter et savoir agir

 

Comprendre les différents types de management et les objectifs associés, évaluer son positionnement naturel de leader, identifier ses modes de communication préférentiels et leurs impacts, ajuster son mode de communication à ses interlocuteur.ice.s et aux objectifs visés, développer son assurance personnelle et sa force de conviction

 

Consultez le programme sur notre site

 


Initiation à la prévention des risques psychosociaux

 

Aujourd’hui, des obligations incombent à l’employeur.euse concernant la santé de ses collaborateur.ice.s. La loi dit que dès le/la premier.e salarié.e, toute entreprise est concernée par une « obligation légale de prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs. A travers notre formation « initiation à la prévention des RPS » nous vous proposons de définir ce que sont les risques psychosociaux, d’expliquer ce que dit réellement la loi, et de vous donner des premières clés pour agir dans votre organisation en fonction des différents niveaux de prévention.

 

Consultez le programme sur notre site

 

Vous pouvez aussi voir le reste de nos formations management.

 

Nos formations à venir

Habilitations électriques pour non-électricien

7 juin 2018

Habilitations électriques pour non-électricien

Venez découvrir notre formation Inter-Entreprise "Habilitations électriques pour non-électricien" sur 2 jours. Sessions : 7 et...

En savoir plus

Mieux gérer son stress

14 mai 2018

Mieux gérer son stress

Venez découvrir notre formation Inter-Entreprises "Gestion du stress" de 2 jours. Session : 14 et 15 Mai 2018

En savoir plus

Devenir formateur

26 mars 2018

Devenir formateur

Venez découvrir notre formation Inter-Entreprises "Devenir formateur" sur 3 jours. Session : les 26-27 Mars et 23 Avril

En savoir plus

Gagner du temps en s'organisant mieux

13 mars 2018

Gagner du temps en s'organisant mieux

Venez découvrir notre formation "Gagner du temps en s'organisant mieux" sur 2 jours. Session : 13 et 14 Mars

En savoir plus

Les clés du management de proximité

8 mars 2018

Les clés du management de proximité

Venez découvrir notre formation Inter-Entreprise "Les clés du management de proximité" sur 3 jours. Session : les 08, 09 et 30...

En savoir plus

Toutes nos formations